!!

Avis aux invités: certaines sections de ce forum ne sont accessibles qu'aux membres inscrits.

Pour vous inscrire, il suffit de remplir ce formulaire. Quelques exemples de sections auxquelles vous n'avez pas accès pour l'instant: - L'atelier - Présentation des membres et de leurs Porsche - Partenaires et Guide des bonnes adresses - Petites annonces de pièces détachées

Auteur Sujet: Aux galériens mécaniques... et aux autres...  (Lu 30228 fois)

0 Membres et 2 Invités sur ce sujet

Hors ligne Whiskas

Re : Aux galériens mécaniques... et aux autres...
« Réponse #105 le: 25 Avril 2017, 20:16:19 »
si à force de persévérance et de smic engloutés, elle a finie par le lui rendre....
 ;)
Mégane1 '98/J5 1.9D "van" '91/103SP '83
924 '84 LY7Y,pacha,targa,basta!
Ex:924'81+951'89+944S2'91

Hors ligne fred.

Re : Re : Aux galériens mécaniques... et aux autres...
« Réponse #106 le: 25 Avril 2017, 20:39:54 »
Et donc tu es toujours proprio de cette 914?  :shock:.........ça c'est de la passion .

Non, c'est la 914 qui est propriétaire de Wilde  :mrgreen:

Hors ligne wilde

  • Chef d'atelier
  • *****
  • Messages: 16 984
Re : Aux galériens mécaniques... et aux autres...
« Réponse #107 le: 25 Avril 2017, 20:57:29 »
Ce que nous possédons nous possède, c'est pas nouveau et c'est la grande contradiction humaine. Du moins, la mienne...

Pour les autres précisions, ben, faut être patient et attendre la suite !

 ;)
Sans étiquette.

Hors ligne fred.

Re : Re : Aux galériens mécaniques... et aux autres...
« Réponse #108 le: 25 Avril 2017, 21:00:59 »
Ce que nous possédons nous possède, c'est pas nouveau et c'est la grande contradiction humaine. Du moins, la mienne...

 ;)

 On est une paire dans ce cas  :mrgreen:

Hors ligne fred_54

  • Membre
  • **
  • Messages: 159
  • Watercooler
Re : Re : Aux galériens mécaniques... et aux autres...
« Réponse #109 le: 25 Avril 2017, 21:38:07 »
Et donc tu es toujours proprio de cette 914?  :shock:.........ça c'est de la passion .

La passion c'est comme les essuies glaces, ça n'arrête pas la pluie mais ça permet d'avancer  :mrgreen:

Hors ligne jsn59

  • Membre pilier
  • ****
  • Messages: 1 298
  • Watercooler
  • Ville: Wattrelos
  • Pays: France
Re : Re : Re : Aux galériens mécaniques... et aux autres...
« Réponse #110 le: 25 Avril 2017, 21:44:58 »
La passion c'est comme les essuies glaces, ça n'arrête pas la pluie mais ça permet d'avancer  :mrgreen:
:merci: Je la mettrais bien en signature celle-là. ;)
Enf1

Hors ligne wilde

  • Chef d'atelier
  • *****
  • Messages: 16 984
Re : Re : Aux galériens mécaniques... et aux autres...
« Réponse #111 le: 26 Avril 2017, 08:47:04 »
si à force de persévérance et de smic engloutés, elle a finie par le lui rendre....
 ;)

Cette histoire me fait penser au temps de mes casinos... Je ne lâchais pas la machine, je me disais toujours que c'est la pièce du mec d'après moi qui empocherait le pot !

Y arrive un moment, on ne peut plus arrêter, on a fait trop de chemin...

;)
Sans étiquette.

Hors ligne wilde

  • Chef d'atelier
  • *****
  • Messages: 16 984
Re : Aux galériens mécaniques... et aux autres...
« Réponse #112 le: 26 Avril 2017, 18:01:16 »
La tempête du siècle fait rage, le bug de l'an 2000 va nous anéantir, mais nous passons quand même le cap et nous voici avec une auto de 1973 entrant dans le nouveau millénaire...

Les deux culasses achetées neuves sont abîmées. Du moins, elles se sont abîmées... Je dois revenir un peu en arrière, au moment de leur achat... J'avais demandé un peu partout comment faire au remontage, s'il fallait resserrer ou pas, au bout d'un certain temps... Je m'étais pas mal déplacé... Un préparateur parisien, sûr de lui, m'a fanfaronné qu'on ne resserrait jamais un moteur à air, qu'il réparait des moteurs d'avion et qu'il savait ce qu'il disait... J'ai suivi son conseil, je paie maintenant son conseil.
Les joints neufs se sont écrasés au serrage et du jeu s'est créé entre le plan et le cylindre...
Je fais donc rectifier les deux culasses, décalamine les pistons, change les tubes de retour d'huile, perce des orifices dans les caches-cylindres, pour pouvoir resserrer ultérieurement sans devoir tout démonter...
Je fréquente le milieu VW... Là, un vénérable « vieux » me parle de ses souvenirs, il faut toujours vérifier le serrage des culasses air-cooled, à plusieurs reprises... Il m'explique qu'il recuisait même les joints en cuivre, avant de les poser sur les combis. Il me fait d'ailleurs cadeau d'un lot de joints neufs d'époque, en m'expliquant la technique... Quand j'ai évoqué l'injection, son regard a parlé, je n'ai pas continué. Le même air quand j'ai parlé de joints métallo-plastique... C'était un petit homme, il me faisait penser à un mixage entre Aznavour et Mickey. L'entraîneur de Rocky, s'entend bien... En le quittant, je suis convaincu, si besoin était, que la véritable mécanique passe par des carburateurs et un allumage classique.

En janvier, toujours dehors, je remonte le moteur dans la voiture pour la septième fois et règle les culbuteurs parfaitement. Je me mets aussi en quête du matériel de résurrection. Je trouverai mon bonheur chez les belges.

Je laisse Phil tranquille, la vie fait « que ». Il a manqué un virage et se retrouve marié. Chacun sa life, comme disent les jeunes d'aujourd'hui... Je le verrai une fois, pour qu'il me soude vite fait une patte de support pour le câble d'accélérateur... De toute façon, j'habite maintenant assez loin de lui, non pas en distance mais en temps de transhumance inter-citadine... J'adore surtout ce que je fais, toute cette mécanique, ces emboîtages et ces réglages... Je n'ai pas revu Phil depuis toute cette époque. La vie fait "que". Je préfère garder l'image du petit blond en survêt' virevoltant sur le terril avec son buggy... Finalement, à part la couleur du sable et la mer en moins, en été on s'croit presque tristement à Malibu... Peut-être et surtout que je préfère garder à ses yeux l'image que j'avais aussi...

Je travaille jusqu'au 24 février. Tout est neuf. Les deux Weber, l'allumeur, la pompe à essence, les tiges poussoirs, les tubes enveloppes, j'en passe et j'en passe. J'aurais dû commencer par là, dès l'achat, facile à dire... La 914 revit enfin, un 24 février 2000. Après tant de défaites, la victoire est humble et calme. I made it, c'est tout. Je roule dans le coin pour fiabiliser l'ensemble. Un tour chaque soir, c'est à la fois cool et angoissant, la peur de la panne vissée au cerveau... Mais, tout se passe bien.
Au téléphone, Phil me conseille de fignoler en faisant régler la carburation par un pro... Au retour du pro, les carbus sont encore moins bien équilibrés qu'à l'aller... Le gars a changé les bougies, préconisant du W7 plutôt que mes froides W5... Heureusement, la nénette pas nette a internet. Elle m'imprimera des procédures de réglage synchronisation et richesse pour que je puisse m'y pencher seul. Je tâtonne au début mais, à la fin, le moteur est une merveille d'onctuosité et de nervosité.

Je me fabrique une nouvelle console pour les six compteurs, planche de bois tendue de skaï noir... La nuit, l'éclairage vert et rouge est top, je jubile...
Je répare le tachymètre et le compte tours, démontage minutieux des engrenages et ça remarche.

Après 645 km sans encombre, record de longévité depuis l'achat, j'obéis au vieux mécano, je resserre les culasses. En avril. Ce n'était pas une blague, il avait raison, le jeu aux soupapes a changé, à cause de l'écrasement des joints. Je passe sept heures pour cette première vérification. La voiture redémarre parfaitement, les aiguilles de température des deux culasses sont parfaitement équilibrées, le bonheur total !

Le 17, frayeur, la culasse gauche reste froide ! Je désosse le carburateur, la petite bille en plastique dans le gicleur de cuve est juste coincée et empêche le passage de l'essence... Bête ! Pas encore rodés, ces Weber !... J'en profite pour changer encore une fois les filtres à carburant. Tellement apeuré que j'en intercale deux: un avant la pompe et un avant les carbus. Sait-on jamais...
En juin, je change le joint de vitre arrière, ça ne claque plus dans mon dos, tout tient ensemble. Je soigne aussi les rares points de rouille par ci par là.
Juillet est là... Le 3, au km 2543, le carburateur gauche me refait le coup du froid. Pas de panique, c'est juste la bille encore bloquée, ça s'arrange en quelques minutes...

Je continue à restaurer, je vérifie encore les culasses, à bon escient puisque le joint se rétracte toujours et que le jeu n'est toujours pas stabilisé... Tu le fais trois fois, m'avait dit le gars, à 1000 bornes, à 3000, puis à 7000 ou 10 000, ça ne devrait plus bouger ensuite... Je rénove les étriers arrières... Au remontage, la tuile, plus moyen de remettre le piston en place. Bref, je force et je casse la vis sans fin. Sans fin non plus, ces conneries... Au téléphone, le fournisseur allemand ne peut pas me livrer en juillet, il ferme samedi midi pour les congés. Il faut attendre mi août. Je n'attends rien du tout. Mi août, t'inquiète, je serai loin... Vendredi soir de la même semaine, je file à Bempflingen, avec la bonne R19. J'arrive au comptoir le lendemain matin, stupeur du type que j'avais eu la veille au téléphone. Je prends un étrier neuf et je m'en vais, il peut fermer sa boutique maintenant... Belle balade, j'en profite pour passer chez Porsche à Stuttgart et traverser la forêt noire. Pendant une pause sur la route boisée au silence impressionnant, je garde le souvenir d'un bruit rauque se rapprochant de plus en plus de moi quand apparaît et disparaît aussi vite, aux détours de deux virages, une 911 assez énervée... Elle est maquillée, comme dans les scoops d'Auto Plus...
Je remonte l'étrier, resserre les culasses, règle les culbuteurs, remonte le chauffage, absent à l'achat, je vidange la boîte de vitesses et prends la route le 23 juillet pour une première vraie virée. Il fait beau, il fait chaud, le targa est délicieux... 642 km sans histoire, du côté de l'Est, où est parti vivre le jeune de Bac pro, pris en BTS par alternance... C'est que ça commence à être fiable ! Je relève une consommation de 7,3 litres aux 100. Happy !

Fin juillet, kilomètre 3395, j'ai une autre idée de virée en tête et je lance une check-list de 72 heures : réglage des roulements avant, resserrage des échangeurs, des cardans, des pipes de carburateurs, etc. Une VW à air a la particularité de pas mal vibrer, surtout à froid, il faut le savoir, les vis qui se relâchent sont courantes... Pose de deux extincteurs, purge du circuit de freinage, changement du câble d'embrayage, nettoyages divers, repérage du point d'allumage sur la turbine, etc. Tiens, je me souviens, Phil, de son temps, m'avait envoyé chez un pro pour peaufiner tout ça, quand j'avais encore le K-jet... Le gars n'a jamais trouvé le repère sur la turbine, en revanche il a su trouver mes 300 balles... La prise en charge, qu'il me justifie, la prise en charge... J't'en foutrais, de ta prise en charge... Un peu comme les avocats, ces garagistes, on touche à peine la poignée de l'étude qu'on a déjà lâché un billet...

Le 10 août, cap sur le sud. 2802 km. Aller direct pour Nice, Monaco, le parcours du Grand Prix, Monte-Carlo, son casino et ses toilettes luxueuses, bizarre comme ça m'a marqué, l'arrière pays, la côte d'Azur, la corniche, les courses et le moteur qui résonne contre l'Esterel, le soleil, la mer, sans oublier les talons à mes baskets, bref, le paradis incrédule. Pour antivol instinctif, j'enlevais le volant et l'emportais, je connaissais très bien la position de la douille de 32... Paraît que les mecs faisaient pareil, dans les années 30, ôter le volant de leur guimbarde. Au chasseur de l'hôtel, qui voulait prendre la 14, la blonde répond, lassée et complice avec le mec au chapeau rouge, « Oh, laissez-le, il préfère la garer tout seul... ». J'apprécie moyennement et ressens le décalage... Le volant dort dans la chambre, car piquer une Ferrari ou une 911, banal, mais ma Porsche est unique...

Fin août, l'auto repart pour un rallye entre Verdun et Le Touquet, encore 961 km de cavale. Le vendeur de glaces n'y vit plus, il est à la colle avec une femme qui le rend malheureux, tandis que le jeune Antoine passe en seconde année de BTS.

Septembre, je pose un allumage électronique Compufire... On dirait que je m'ennuie et qu'il faut que je bricole à tout prix...

Voiture enfin roulante et performante, une sorte de frénésie psychotique s'empare de moi durant plusieurs années, comme intouchable et furieux de vivre, comme si l'auto parachevait la panoplie du mec enragé que j'étais déjà un peu. Tout comme le retraité qui oublie subitement toute sa carrière le jour de son départ, j'oublie les années de galère. Alors je joue beaucoup. A tout. Sur la route, pauvre Delpech, les gens de la police ne me reconnaissent pas et je paie les excès de vitesse... Je joue beaucoup. Avec les kékés à ailerons, avec les fourgons de police, avec les barrages routiers, avec les sensations, avec mon existence. Avec les smics, parce que les affaires marchent de mieux en mieux. Avec un univers superficiel que je dénonce aujourd'hui alors que j'étais à peine plus intelligent que les mecs que je dénigre maintenant, les dépensiers et les sans but...

2001 se pointe, reste à savoir quelle odyssée ce sera...
« Modifié: 26 Avril 2017, 20:34:44 par wilde »
Sans étiquette.

Hors ligne dsebire

Re : Aux galériens mécaniques... et aux autres...
« Réponse #113 le: 26 Avril 2017, 18:16:22 »
Elle roule, victoire !!!
928 S4 AM87

Hors ligne dodoche44

Re : Aux galériens mécaniques... et aux autres...
« Réponse #114 le: 26 Avril 2017, 20:29:11 »
 :enaccord3:  toujours aussi bien..............
rothmans n 16

Hors ligne Whiskas

Re : Aux galériens mécaniques... et aux autres...
« Réponse #115 le: 26 Avril 2017, 20:44:18 »
l'age doit jouer dans l'obstination et la motivation .... enfin, je ne crois pas connaître ton age, mais repartirais tu dans une telle aventure en 2017, j'en doute, ou alors, tu n'insisterais pas autant.... comme tu t'en doutes, je fais le parallèle avec ma capricieuse 924, qui m'exaspère et me tiraille entre "allez, ça ira mieux" et "pffff, passe à autre chose"
 ;)
Mégane1 '98/J5 1.9D "van" '91/103SP '83
924 '84 LY7Y,pacha,targa,basta!
Ex:924'81+951'89+944S2'91

Hors ligne wilde

  • Chef d'atelier
  • *****
  • Messages: 16 984
Re : Aux galériens mécaniques... et aux autres...
« Réponse #116 le: 26 Avril 2017, 20:51:24 »
Non, Whiskas, je ne repars dans rien du tout, surtout pas une ancienne ! (voiture)
Et dire que, de mon temps, les anciennes étaient bien plus jeunes que moi maintenant ! (femmes et voitures !  :mrgreen:).

Je ne repars dans rien, surtout pas une bagnole (à la limite, réparer les anciennes des autres, oui), je suis amplement heureux avec mes autos qui roulent toutes parfaitement depuis de longues années. Je n'insiste plus avec rien, j'insiste juste à rester vivant.

Ta '24, t'as déjà fait du chemin, qui n'est plus à faire, je pense qu'il faut maintenant aller au bout. Tu vas racheter un truc et recommencer la même histoire, pour en avoir ras le c... un jour aussi ?
J'ai connu une fille qui s'est mariée et a divorcé trois fois. C'est la même chose.

;)
« Modifié: 26 Avril 2017, 20:53:15 par wilde »
Sans étiquette.

Hors ligne Whiskas

Re : Aux galériens mécaniques... et aux autres...
« Réponse #117 le: 26 Avril 2017, 21:12:43 »
à méditer cette nuit.... et les autres.
 ;)
Mégane1 '98/J5 1.9D "van" '91/103SP '83
924 '84 LY7Y,pacha,targa,basta!
Ex:924'81+951'89+944S2'91

Hors ligne kev44

Re : Aux galériens mécaniques... et aux autres...
« Réponse #118 le: 26 Avril 2017, 21:18:25 »
J'adore, merci! Une vraie leçon de vie, j'ai vécu a peu près la même chose avec une restauration de maison.
Te lire est un plaisir.
944 PH2 de 85
"le turbo est au moulbif ce que le viagra est à l'homme : une solution de facilité face à l'impuissance" proverbe japonais ^^

Hors ligne wilde

  • Chef d'atelier
  • *****
  • Messages: 16 984
Re : Aux galériens mécaniques... et aux autres...
« Réponse #119 le: 26 Avril 2017, 21:43:55 »
Une baraque à refaire, moi ?

J'aurais mis 50 ans !

 :mdr8: :mdr8: :mdr8:
Sans étiquette.